lionel_bleu1_H

Lionel Ginoux étudie les arts visuels (cinéma, audiovisuel et technique du son) avant de se consacrer à l’écriture musicale en se formant aux côtés de Régis Campo, Barnabé Janin, David Owen, Roger Cawkwell, Georges Boeuf… Il écrit une musique lyrique, sensible, puissante avec une attache forte à l’énergie musicale et la dramaturgie. Son écriture est singulière. Elle s’inscrit dans la continuité des musiques contemporaines du XX° sans renier pour autant la vocalité ni l’harmonie classique. De part sa curiosité musicale, son écriture s’inspire des musiques populaires et du jazz. Il écrit principalement pour des formations « acoustiques » : orchestre symphonique, chœur, opéra, musique de chambre et soliste.

La musique de Lionel Ginoux est aussi bien jouée en France qu’à l’étranger (Opéra de Marseille, Opéra d’Avignon, Opéra de Limoges, Opéra de Reims, Festival de Radio France de Montpellier, l’Arsenal de Metz, Festival Gaudeamus – Hollande, Festival Les Musiques, Festival Nouveaux Talents, Instituts Français de Valencia – Espagne, Festival Compositores de Hoje – Rio de Janeiro, Festival Internacional Encuentros – Argentine,  International Saxophone Symposium – Etats Unis, University du Canada – Montréal…)

En 2012, Lionel Ginoux est lauréat de l’association Beaumarchais – SACD (aide à l’écriture lyrique) pour son opéra de chambre Médée Kali, créé en version de concert en mai 2013. En 2015, il est lauréat de la Fondation Marcelle et Robert de Lacour pour son oeuvre, Diptyque entourant la caresse pour clavecin et ensemble instrumental, pièce créée par l’Ensemble Stravinsky (dir. Jean-Pierre Pinet) en novembre 2016 à l’Arsenal de Metz.

Lionel Ginoux a été plusieurs fois en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, en 2009 pour Préface en Prose, puis en 2012 pour Médée Kali (livret de Laurent Gaudé). L’Abbaye de Fontevraud l’a aussi accueilli en résidence pour son opéra de chambre, Vanda (livret de Jean-Pierre Siméon).

En mars 2014, son concerto pour violon « Les Indociles » a été créé par Nemanja Radulovic et l’orchestre philharmonique de Marseille dirigé par Eun Sun Kim. Quelques années plus tard, sa première symphonie — Dualités, inspirée d’une chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui, est créé en janvier 2016 à l’Opéra Grand Avignon par l’Orchestre Régional Avignon-Provence (dir. par Samuel Jean). Lionel vient aussi de créer son deuxième opéra de chambre, Vanda à l’Opéra de Reims qui sera repris en avril 2018 à l’Opéra d’Avignon.

Mai 2017 est marqué par la sortie du disque Un Brasier d’étoiles, avec le label Maguelone. Apprécié par les critiques, le disque a reçu un 4 étoiles **** par la revue Classica.

Dans ses prochains projets il est à noter : sa 2° symphonie, Brand, une symphonie lyrique pour ténor et orchestre; la création en octobre 2017 de son Stabat Mater Speciosa par les Voix de Stras’ (dir. Catherine Bolzinger); l’écriture d’une nouvelle pièce pour choeur de femmes et violoncelle qui sera créé par Emmanuelle Bertrand et le Choeur Hymnis à l’Abbaye de Saint-Victor à Marseille en avril 2018.