Blanche, conte musical de la chèvre de M. Seguin

dédiée à Jérémie Honnoré, François Castang et aussi à Lysandre, Mathilde, Oscar, Lisa, Florian, Léonie, Jeanne, Margot, Sacha, Louise, Paulin, Lila, Sarah et les enfants à venir…

 

Jérémie Honnoré, directeur du Festival Musique à la Ferme m’a commandé un conte musical pour enfants sur le texte de La chèvre de M. Seguin d’Alphonse Daudet. Il tenait à ce que j’écrive cette nouvelle partition pour piano et récitant. Il souhaitait que cette création soit écrite pour la même formation que les contes musicaux : « L’Histoire de Babar » de F. Poulenc/J. de Brunhoff et « La boite à joujoux » de C. Debussy/A. Hellé.

Du conte « La chèvre de M. Seguin » j’avais gardé depuis l’enfance l’image d’une histoire simple, presque naïve. J’étais dubitatif sur comment m’emparer de ce texte, comment enrichir les mots par ma musique. Ma musique peut être sombre, complexe, dissonante et là, il me fallait écrire une musique à l’intention des enfants. C’était un défi. Simplifier mes idées, rendre mon écriture moins sombre, moins dissonante, tout en gardant la dramaturgie, la profondeur et la tension musicale qui me sont personnelles. J’ai pensé à des mouvements courts, des idées contrastées, une écriture ludique et imagée pour intéresser les enfants. Mais aussi, j’ai cherché de la profondeur musicale et de la dramaturgie pour qu’un public d’adultes puisse être captivé par ce conte musical.

La chèvre de M. Seguin est un conte magnifique, léger et profond à la fois. C’est grâce à une relecture à l’âge adulte que j’ai pu découvrir la dimension philosophique des mots d’Alphonse Daudet qui m’avait échappé en étant plus jeune. Je souhaitais donc laisser la place au texte et à la poésie des mots. Cette partition est écrite en un mouvement pour ne pas interrompre l’histoire. Tout s’enchaine : les parties de piano seul, celles du récitant seul ou bien les moments où le piano « accompagne » le récitant.

Avec ce conte musical, j’ai cherché à intensifier le sens des mots par les notes, le rythme, les sonorités. La musique se fond dans le texte et le piano porte la voix du récitant.


Une étonnante musique du compositeur avignonnais Lionel Ginoux rehausse ce conte avec finesse et efficacité (Serge Chausy)

 

Presse

Les deux acteurs du spectacle se complètent parfaitement. Le conteur des histoires magiques qui nous sont offertes n’est autre que François Castang, celui dont tous les auditeurs de France Musique connaissent bien la voix chaleureuse, celui qui présenta pendant cinq années son émission « A portée de mots », mais encore « Comme de bien entendu » et bien d’autres interventions. Celui qui se proclame « Imposteur » dans ce domaine de la musique est accompagné ici (à moins que ce ne soit l’inverse) par le pianiste Jérémie Honnoré, natif de Provence où il a fondé, au milieu d’une authentique chèvrerie, un festival de musique de chambre intitulé « Musique à la ferme ». (…)

« Blanche, conte musical de la chèvre de Monsieur Seguin » vient ensuite opportunément rappeler le talent incroyable d’écrivain d’Alphonse Daudet, dont la dramaturgie de cette belle « Lettre de mon moulin » ne cesse d’émouvoir. Et pas seulement les enfants ! Une étonnante musique du compositeur avignonnais Lionel Ginoux rehausse ce conte avec finesse et efficacité. Sans souligner abusivement les péripéties de la fringante Blanchette, les harmonies originales et les rythmes vivants de cette partition, composée spécialement pour les deux interprètes, évoquent le mini-drame sans redondance ni effet appuyé. La mort tragique de la petite chèvre intervient ainsi sans pathos ni sanglots. (…) Serge Chauzy (Classic Toulouse // 24 novembre 2014)

 

 

Contes Musicaux d’enfance à Rochemontès

Souvenirs d’enfance à travers des contes musicaux, c’est ainsi qu’ouvrait la nouvelle saison de l’Orangerie de Rochemontès. 

Quelques semaines avant Noël, Catherine Kauffmann-Saint-Martin avait concocté un programme destiné aux enfants de tous les âges avec trois contes illustrés en musique, qui ont marqué nos jeunes années et surtout la fluidité du piano de Jérémie Honnoré et l’art de conter de François Castang, qui fut longtemps l’une des grandes voix de France Musique. Les enfants étaient au rendez-vous et pour une fois les têtes blanches semblaient moins nombreuses.

La balade commence avec une intrusion poétique dans l’univers de Charles Perrault avec Les Contes de ma mère l’oye, ces petites pépites de Ravel, qui rédigea également le texte. Jérémie Honnoré décline avec finesse cet univers fantastique tandis que François Castang en conteur avisé, capte immédiatement l’attention dans cette valse où la Belle au bois dormant croise le Petit Poucet, la petite Laideronnette ou encore la Belle et la Bête. Les deux compères se complètent à merveille, la musique de l’un donnant une portée plus vaste aux mots de l’autre. 

Rien ne pouvait mieux convenir à Jérémie Honnoré que la triste histoire de La Chèvre de Monsieur Seguin issue des Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet. En effet, le pianiste provençal a fondé il y a quelques années, le festival Musique à la ferme dans une chèvrerie telle que l’on peut imaginer celle de l’infortuné propriétaire. Il y a en outre commandé une partition au compositeur Lionel Ginoux, lequel a non seulement rendu l’atmosphère dramatique de la nouvelle, mais on y entend l’insouciance de la petite chèvre dans la nature, le bruissement du vent et le mouvement des feuilles dans les montagnes, tout comme l’âpreté du long combat avec le loup. Une musique impressionniste parfaitement interprétée par Jérémie Honnoré. François Castang parvient à nous tenir en haleine en disant cette histoire connue depuis toujours. Il la replace dans son contexte de parabole destinée au poète lyrique Pierre Gringoire, qui n’a jamais voulu entrer dans un journal afin de rester libre. (…) Alain Huc de Vaubert (Resmusica // 13 décembre 2014)

instrumentation

1 récitant

1 piano

détails

durée 28′

création le 17 juillet 2014, Jérémie Honnoré piano, François Castang récitant // Festival Musique à la Ferme

commande du Festival Musique à la Ferme

 

video


représentation

dernier concert 17 & 18 septembre 2016 François Castang récitant, Jérémie Honnoré piano // Festival les Rendez-vous de Rochebonne