Complexes, trio pour clarinette, violoncelle et piano (2003)

 

L’idée motrice du projet est le tableau de Kandinsky « Deux complexes ». L’envie était de structurer ma pièce et construire mes matériaux musicaux en fonction d’une œuvre visuelle.

Ce qui m’a intéressé chez Kandinsky c’est sa grammaire picturale. Il analyse trois éléments : le point, la ligne et la courbe. Ces 3 éléments sont très musicaux.

Le point est un cluster. Il possède une tension concentrique et ne présente aucune tendance au mouvement. C’est un objet sonore statique, compact.

La ligne, elle, naît du mouvement, elle est dynamique. Avec le point, elle a en commun la tension mais avec en plus la spécificité du mouvement.

Et puis j’ai ajouté les appogiatures pour les flashes lumineux ainsi que les accelerando et descelerando qui représentait, pour moi, le mouvement des cercles.

Complexes, opus de toute jeunesse composé il y a une dizaine d’années, on envisage déjà la richesse d’un langage à venir! (Jacques Freschel)

Presse

 

Une étonnante expérience – Zibeline – Août 2014

Quelle étrange aventure de concert on vit à la Chèvrerie Honnoré ! C’est qu’au coeur de cette ferme de Lançon-Provence a grandi une jeune pousse douée pour la musique. Le petit Jérémie s’est planté dans une cabane de tôle, entre poules et les chèvres, pour y allonger ses gammes à longueur de clavier. Devenu grand, et virtuose à l’instrument, il imagine un festival pour le moins original, puisqu’il fait côtoyer la plus exquise des musiques de chambre aux bêlements des bêtes, caquètements des volailles… Celles-ci, en effet, continuent de vivre leur train-train, dans l’odorante grange mitoyenne, ouverte à côté du public. Et ma foi on s’y fait ! Même lorsqu’un bovidé claque des cornes arquées au dessus de sa mangeoire, manifestant-là, on l’imagine, quelque réticence aux rythmes asymétriques de pièces Bucoliques pour alto et violoncelle de Lutoslawski.
Paradoxalement, le silence se fait lorsque François Charpentier (clarinette), Sarah Sultan (violoncelle) et Pierre-Kaloyan Atanassov (piano) abordent un opus moderne de Lionel Ginoux (né en 1978), compositeur invité du festival 2014. Dès l’accord volontairement perturbé par un alliage de faux unisson, biquette se fige à l’écoute de la matière sonore rebondie, ses notes polaires itératives, ses trilles, gamme par ton, effet de sonorités « col legno » (avec le bois de l’archet), sa structure en crescendo suivie d’une espèce de berceuse autour d’un matériau harmonique minimal : dans Complexes, opus de toute jeunesse composé il y a une dizaine d’années, on envisage déjà la richesse d’un langage à venir !

Jacques Freschel

instrumentation

1 clarinette sib
1 violoncelle
1 piano

détails

durée 5′

création mai 2003 CNR Marseille

Pierre-Anaël Hébert, clarinette
Camille Giuglaris, violoncelle
Caroline Dauzincourt, piano

audio

Pierre-Anaël Hébert (clarinette), Camille Giuglaris (violoncelle), Caroline Dauzincourt (piano)

représentation

dernier concert

8 août 2014 : Festival de Chaillol
Pierre-Anaël Hébert, clarinette
Marine Rodallec, violoncelle
Frédéric Isoletta, piano

20 juillet 2014 : Festival Musique à la Ferme — Lançon de Provence
Florent Charpentier, clarinette
Sarah Sultan, violoncelle
Pierre-Kaloyan Atanassov, piano